Outils et ressources

Nous voulons le meilleur pour nos clients. Nous devons ainsi offrir le soutien et les ressources nécessaires aux médecins pour qu’ils prescrivent nos produits en toute confiance. Si vous ne connaissez pas le cannabis médical, consultez notre Centre de ressources (glissez au bas de la page) ou inscrivez-vous auprès de nous pour accéder aux outils nécessaires pour pouvoir démarrer sans souci.

Centre de ressources

Des termes techniques aux types de souches, en passant par les options d’ingestion, les renseignements sur le cannabis médical sont nombreux. Vous découvrirez ici les renseignements les plus importants pour commencer du bon pied.

Qu’est-ce que la marijuana thérapeutique?

La marijuana thérapeutique ou cannabis médical fait référence aux fleurs séchées de la plante de cannabis, utilisée pour traiter et soulager un symptôme ou un trouble précis. La plante de cannabis contient plus de 80 cannabinoïdes différents, ainsi que des terpènes et des flavonoïdes.

Aperçu des termes techniques

L’aperçu suivant des termes techniques peut être utile aux patients inexpérimentés ou à ceux qui découvrent le cannabis thérapeutique.

Dosage et sélection des souches

Pour élaborer un programme de dosage, il faut savoir que la marijuana présente de nombreuses variables qui ne cadrent pas parfaitement avec le modèle habituel des médicaments pharmaceutiques.

Les méthodes de consommation

Plusieurs méthodes sont offertes aux patients afin de qu’ils puissent consommer le cannabis médical de manière sécuritaire et efficace.. La quantité de cannabinoïdes, comme le THC, ingérée par le patient dépend de la méthode choisie.

Qu’est-ce que la marijuana thérapeutique

La marijuana thérapeutique ou cannabis médical fait référence aux fleurs séchées de la plante de cannabis, utilisées pour traiter et soulager un symptôme ou un trouble précis. La plante de cannabis contient plus de 80 cannabinoïdes différents, ainsi que des terpènes et des flavonoïdes. Plus récemment, la contribution synergique du cannabidiol à la pharmacologie du cannabis au pouvoir pharmacologique et analgésique a été prouvée scientifiquement. D’autres phytocannabinoïdes, tels que la Tétrahydrocannabivarine, le cannabigérol et le cannabichromène, ont des effets supplémentaires d’intérêt thérapeutique. Parmi ces composés, les deux plus étudiés et documentés sont le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). 

THC

Le THC est le principal composant psychoactif, qu’on associe couramment aux effets euphorisants ou « high » de la marijuana. 

Le THC présente une toxicité relativement faible et aucune dose létale chez l’être humain n’a été relevée. Le THC peut aussi entraîner une accélération du rythme cardiaque, une sécheresse buccale et une distorsion du temps. Selon les souches de cannabis, les teneurs en THC et les rapports entre THC et CBD sont différents. De manière générale, plus le pourcentage de THC et le rapport THC:CBD sont élevés, plus il est probable que vous ressentiez des effets psychoactifs.

CBD

Le CBD n’est pas un composant psychoactif à proprement parler. On a découvert qu’il modérait les effets psychoactifs du THC et atténuait les effets indésirables, tels que l’accélération du rythme cardiaque et l’anxiété.

Organigram, tous nos produits sont fabriqués selon des procédés strictement contrôlés et conformément aux bonnes pratiques de production du Règlement sur la marihuana à des fins médicales (RMFM) ainsi qu’aux directives de sécurité définies par le Bureau des substances contrôlées. Avant de les emballer, nous veillons à ce que nos produits respectent de rigoureux critères d’assurance de la qualité et soient mis à l’essai par un laboratoire indépendant. En vertu du Règlement sur la marihuana à des fins médicales (RMFM) de Santé Canada, les patients inscrits sont autorisés à acheter du cannabis sous sa forme de fleur séchée uniquement.

Aperçu des termes techniques

L’aperçu suivant des termes techniques peut être utile pour les patients inexpérimentés ou ceux qui découvrent tout juste le cannabis thérapeutique.

Cannabinoïdes

Les cannabinoïdes sont les composants chimiques présents dans le cannabis qui activent les récepteurs cannabinoïdes du corps humain. On dénombre plus de 80 cannabinoïdes dans la plante de cannabis et chacun d’eux a des effets différents.

Terpènes

Les terpènes sont une catégorie de composés organiques présents dans diverses plantes, dont le cannabis. On peut distinguer différentes souches en fonction de la variété de terpènes qu’elles produisent, contribuant ainsi aux différences d’arôme, de goût et d’effets. Les terpènes et les terpénoïdes sont les principaux composants des huiles essentielles de nombreuses plantes et fleurs.

Trichomes

Les trichomes sont les glandes qui produisent la résine de la plante de cannabis. Ils contiennent la plus forte concentration de cannabinoïdes de la plante.

THC

Le THC est le principal composant psychoactif présent dans la marijuana thérapeutique, qu’on associe couramment aux effets euphorisants ou « high » de la marijuana.

CBD

Le CBD est le deuxième cannabinoïde le plus présent dans le cannabis, après le THC. Selon les recherches, le CBD a un effet thérapeutique, mais ne contribue pas à l’état « high » psychoactif.

Hybride

Les plantes de cannabis hybrides sont un croisement génétique entre au moins deux souches distinctes de cannabis, qui présentent les caractéristiques des deux. Ces plantes hybrides peuvent être équilibrées ou présenter une dominante de Sativa ou d’Indica.

Souche

Une souche est une variété précise de cannabis thérapeutique. Elle présente un seul profil de cannabinoïdes et de terpènes, qui contribue à ses effets particuliers.

Vaporisateur

Un vaporisateur est un appareil utilisé pour inhaler du cannabis sans causer de combustion. Les vaporisateurs chauffent la matière de cannabis séchée jusqu’à une température inférieure au point de combustion, produisant une vapeur riche en cannabinoïdes qui peut être directement inhalée.

Dosage et sélection des souches

Pour élaborer un programme de dosage, il faut savoir que la marijuana présente de nombreuses variables qui ne cadrent par parfaitement avec le modèle habituel des médicaments pharmaceutiques. Diverses souches de marijuana sont disponibles. Elles présentent des effets différents en raison des différentes teneurs en cannabinoïdes et de profils de terpènes. Les patients peuvent également présenter des seuils de tolérance très différents. Les nouveaux utilisateurs auront ainsi besoin de doses bien inférieures pour ressentir les mêmes effets que les utilisateurs expérimentés. Même s’il s’agit d’un médicament puissant qui entraîne des effets psychoactifs, le THC présente une toxicité très faible et aucune dose létale chez l’être humain n’a été relevée. D’après les preuves tirées d’études animales ou d’observations chez les humains, le ratio entre dose létale et dose efficace est assez grand. La valeur théorique DL50 est estimée à 1 pour 20,000, en utilisant un seul joint de cannabis comme dose unitaire.

Si l’on garde ces facteurs en tête, il est impératif que le modèle de dosage à utiliser soit hautement personnalisé, déterminé en consultation avec le patient et autotitré. Qu’on le fume, qu’on utilise un vaporisateur ou qu’on ingère des produits comestibles, la règle générale est de commencer par une faible dose, d’évaluer les effets et d’y aller lentement. Diverses études publiées dans des revues évaluées par des pairs et dans la documentation médicale ont laissé entendre que la majorité des gens déclarait consommer entre un et trois grammes de cannabis séché par jour.

Avant de faire leur choix, les patients peuvent essayer plusieurs souches et mesurer les effets de chacune sur le soulagement de leurs symptômes. Par ailleurs, certains patients peuvent trouver utile d’utiliser plusieurs souches tout au long de la journée, en les alternant en fonction de l’heure. Les souches de Sativa ont tendance à être plus énergisantes et adaptées à la journée, tandis que les souches d’Indica sont plus sédatives et bénéfiques sur les troubles du sommeil.

La première fois qu’un patient utilise du cannabis thérapeutique, vérifiez qu’il respecte les directives suivantes:

  • Prendre son cannabis thérapeutique dans un environnement sûr et confortable.
  • Avoir au moins trois heures devant soi pour déceler l’ensemble des effets.
  • Ne pas devoir conduire un véhicule ou manipuler une machine lourde.
  • Commencer par une faible dose.

À titre d’illustration, nous pouvons examiner les données de plusieurs autres essais cliniques et études.

  • Lors d’un essai aléatoire contrôlé où l’on a testé du cannabis fumé pour traiter des douleurs neuropathiques chroniques, on a découvert que l’inhalation d’une seule dose de 25mg de cannabis quatre à cinq fois par jour diminuait l’intensité de la douleur et améliorait le sommeil. Cette dose correspond à 100 à 125mg de THC par jour.
  • Chez les patients atteints du VIH et souffrant de nausées et de vomissements, une étude a montré que, quel que soit le milieu clinique dans lequel elle a été prescrite, la dose totale recommandée de dronabinol, composition synthétique de THC, était de 100 à 120mg/jour.
  • Dans une étude explorant le THC comme antiémétique chez les patients atteints de cancer, on a découvert qu’un équivalent de 87,5mg/jour de THC pour une personne de taille moyenne réduisait significativement ses nausées et vomissements.

Méthodes de consommation

De nombreuses méthodes de consommation s’offrent aux patients pour prendre leur cannabis thérapeutique de façon sécuritaire et efficace. La quantité de cannabinoïdes, comme le THC, assimilée par le patient dépend de la méthode choisie.

Combustion

La combustion peut prendre différentes formes, comme la pipe, le bong ou le joint de cannabis roulé. Cette voie n'est habituellement pas recommandée, car la fumée peut contribuer au développement d’une à la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) et libérer des composés indésirables qui peuvent irriter les poumons.

  • Jusqu’à 30 % des ingrédients actifs disparaissent dans la fumée secondaire et la combustion.
  • Les effets se manifestent habituellement dans un délai de 30 à 60 secondes et prennent leur plein potentiel après 10 à 15 minutes.
  • Les effets durent habituellement de deux à trois heures.

Vaporisation

Un vaporisateur est un appareil qui chauffe le cannabis séché sans causer de combustion, produisant une vapeur riche en cannabinoïdes qui peut être directement inhalée. Plusieurs modèles de vaporisateurs sont disponibles; ils varient selon les préférences du patient.

  • La vaporisation est beaucoup plus efficace que la combustion puisqu’elle n’entraîne aucune perte de cannabinoïdes en raison de la pyrolyse.
    Les effets se manifestent habituellement dans un délai de 30 à 60 secondes et atteignent leur plein potentiel après 10 à 15 minutes.
    Les effets durent habituellement de deux à trois heures.
    La vaporisation ne libère aucun composé indésirable qui peut irriter les poumons.

Produits comestibles

Le cannabis peut être introduit dans une variété de produits comestibles, tels les brownies et les beurres. Tous les patients abonnés aux services d'OrganiGram reçoivent un exemplaire gratuit du livre de recettes Aunt Sandy's Medical Marijuana Cookbook, qui contient différentes recettes pour les débutants et pour les consommateurs plus expérimentés.

  • Les effets se font habituellement ressentir dans les 30 à 60 minutes suivant l'ingestion du produit comestible.
  • Les effets durent habituellement de quatre à six heures, mais ils peuvent se prolonger chez les patientsprésentant une tolérance plus faible aux cannabinoïdes.
  • Ils procurent une dose constante de longue durée, un peu comme les médicaments à libération prolongée.
  • Les effets sont plus intenses que ceux de l'inhalation; ainsi, il faut mesurer soigneusement les doses.

Il convient de remarquer qu’en consommation par voie orale, le THC est d’abord métabolisé en 11-hydroxy-delta-9-THC, un métabolite qui peut s’avérer de trois à quatre fois plus puissant, ce qui rend les effets beaucoup plus intenses en comparaison avec la combustion ou vaporisation.

Pour les cannabinoïdes assimilés par voie orale, les données démontrent qu’un maximum de 20 % de la dose consommée entre dans la circulation systémique, ce qui désigne un important métabolisme de premier passage. Par conséquent, la préparation de produits comestibles nécessite des quantités beaucoup plus importantes de marijuana séchée afin d’obtenir des effets comparables à la vaporisation ou à la combustion.

Les données concernant les cannabinoïdes administrés de façon orale indiquent qu’au moins 20 % de la dose administrée entrent dans la circulation systémique, indiquant un métabolisme de premier passage intensif. Par conséquent, une quantité grandement supérieure de marijuana séchée sera requise pour préparer les produits comestibles oraux, de façon à obtenir des effets comparables à ceux de la vaporisation ou du fumage.

Veuillez noter que dans le cadre de l’ingestion orale, le THC est principalement métabolisé sous la forme de 11-hydroxi-THC, un métabolite qui peut s’avérer trois à quatre fois plus dangereux et entraîner des effets bien plus intenses que le fumage ou la vaporisation. C’est pourquoi il est essentiel de bien gérer les doses ingérées, avec comme règle de base, de commencer avec la moitié ou le quart d’un morceau d’un produit comestible, contenant 1 gramme de marijuana thérapeutique et d’attendre au moins 60 minutes avant d’ingérer une quantité plus grande.